C’est l’histoire de Jacques et Marion Granges. Un couple de paysans et viticulteurs, vivant à 890 mètres d’altitude. Jacques l’ingénieur agronome et Marion la jardinière cultivent leur terre en biodynamie, une agriculture qui se fonde sur deux piliers. Le premier est l’utilisation de substances végétales, minérales et animales qui stimulent la croissance, le second est l’utilisation des forces et cycles cosmiques et une attention particulière aux cycles lunaires, à l’influence des astres et rythme de la nature.

Cette même nature qu’ils ont placée au coeur de leurs préoccupations depuis 1970 et qui a fait d’eux un couple atypique vivant au rythme des saisons. Sur les hauteurs de leur domaine nommé « Beudon », détachés de la plaine et de la civilisation mais non sans en être déconnectés, ils observent la lointaine agitation du monde et entretiennent leur terre comme leur plus grande richesse.

Dans La mécanique céleste, je propose un regard sur cette planète mystérieuse où la nature retrouve le pouvoir sur l’homme. Les installations nécessaires à l’usage de la biodynamie surgissent telles des intrigues visuelles: un « coffre dynamiseur » prend des allures de cage dorée, les herbes hautes de la vigne non traitée laissent alors transparaître les traces d’une présence invisible, le système de chauffage se mue une installation prête à s’envoler. Les photographies jouent avec les matières, les lumières, les objets aperçus lors de mes visites s’apparentant à des explorations cosmiques au coeur du Valais. Jacques et Marion, les deux magiciens de Beudon ont non seulement su lier science et conscience mais aussi redonner vie à la lenteur perdue de notre société, cette lenteur si bonne faisant place au rythme de la vie, au souffle du vent, à l’ombre des nuits, une nouvelle temporalité allant au-delà du temps qui passe et laissant place à tout ce qui vit, tout naturellement.